– littérature

Fictions de rue

Fictions de rue ( 18 ) : Cette hauteur!

banquier

Il était bien, sur son petit nuage. Il pouvait passer n’importe qui, en bas. Il regardait cela de haut. Il avait pris ses quartiers au dernier étage. Vue directe sur le ciel.

Avec le temps, même tourner la tête le fatiguait. Et puis à quoi bon ? Ils ne méritaient pas son attention.

 

Paris –


Fictions de rue (17) : Ça se discute

Berlin_17

Les grilles n’étaient pas très hautes. Mais le courant qui les traversait était puissant. Depuis deux mois, il profitait de sa promenade quotidienne pour évaluer ses chances. Il s’entraînait dans sa tête. Il avait ses repères au sol. Il partirait de là, trois, quatre, cinq enjambées, il prendrait appui ici, sur son pied droit. Si seulement il pouvait ramasser un bâton qui lui servirait de perche. Il ne voyait pas de gardien, mais il était sûr d’être observé. Pas aussi naïf que son voisin, qui n’avait même pas l’air d’avoir remarqué les grillages.

Un jour il n’y tint plus. « Je vais m’échapper », dit-il à voix basse. « 1,50 m, ça se saute. »

« Pour quoi faire ? » demanda l’autre, surpris. « T’es fou ! »

« J’en peux plus d’être enfermé. Je veux sortir. »

« Mais qu’est-ce que tu racontes ? C’est ici, dehors.

 » Non, tu plaisantes!

 » Je te jure, c’est si tu sautes le grillage, que tu vas te retrouver enfermé ! »

 » T’as des preuves?

 » Non. Et toi? »

 » Non plus »

« Alors? On saute? »

 

Berlin

(Photo Chloé Galibert-Laîné)