– littérature

Nouveau

Nouvelle parution : Poissons rouges et autres bêtes aussi féroces – papier et numérique

  • Octobre 2020
  • 188 p.
  • 15 €
  • EAN 9782721007230
  • eBooks • ePub ISBN 9782721007902
  • PDF ISBN 9782721007919

Éditions des femmes, octobre 2020

Présentation : Poissons rouges et autres bêtes aussi féroces rassemble des nouvelles qui se présentent sous la forme d’un bestiaire dans lequel l’imaginaire fantastique entraîne moins le lecteur/la lectrice sur les voies du surnaturel, qu’il ne déchiffre les pulsions secrètes et les recoins obscurs du cœur humain. Dans cet autre monde qui s’ouvre, on explore en réalité ce monde-ci, traversé de féroces conflits puissants/pauvres, femmes/hommes, enfants/adultes, racismes, guerres.
Mais notre monde y est augmenté de sa face obscure, où l’humour est noir, où les êtres sont hybrides et les frontières poreuses entre le rêve et la réalité, le moi et l’autre, la vie et la mort.

Réactions :

G-O.Chateaureynaud : « Je tiens que le réel est présent dans chacune des nouvelles fantastiques d’Ella Balaert avec une acuité et une prégnance qui font défaut à beaucoup, sinon à la plupart des auteurs réalistes. » (préface)

Encres Vagabondes : « Un recueil exceptionnel, précieux et foisonnant à découvrir absolument ! » , D. Baillon-Lalande : https://encres-vagabondes.com/magazine6/balaert6.htm?fbclid=IwAR3HwQyY7BPs9W2wBzoAnerr-rGDnq-XFBF5LgLIa7U_hqmCNc3RLep3Do4

Harfang : « On ne peut ignorer ce recueil qui surprend de la première à la dernière page par sa richesse, sa diversité et qualité d’écriture » Joël Glaziou : https://ellabalaert.com/2020/11/18/deux-nouveaux-articles-sur-poissons-rouges-et-autres-betes-aussi-feroces/

Décharge : « Ella Balaert nous bluffe… [ses] nouvelles sont des modèles du genre. » Alain Kewes : /https://ellabalaert.com/2020/12/08/decharge-n-188/

Nouvelle Donne : « Quelle que soit la manière de faire, l’auteur réussit l’exploit de nous surprendre à chaque fois et ce n’est pas une de ses moindres qualités » Brigitte Niquet. Lire la suite ici : https://www.nouvelle-donne.net/…/poissons-rouges-et…

Martine Roffinella, Sous les pavés la plume : « J’espère bien provoquer ici une furieuse envie de dévorer séance tenante ces nouvelles, car il faut lire Ella Balaert – et tout de suite… Ella Balaert est une redoutable experte, autant dans la construction de l’intrigue que dans un style d’une précision et d’un cachet hors pair. » Tout l’article, en outre très joliment illustré, ici : https://martineroffinella.fr/ella-balaert-et-son-fantastique-bestiaire/

« Écriture fascinante… richesse de son monde intérieur… Le vécu, le ressenti, le réel et l’étrange se télescopent montrant que des forces obscures animent l’être humain et le monde funeste dans lequel il évolue. » https://ellabalaert.com/2020/11/23/la-nature-du-fantastique-dans-poissons-rouges-et-autres-betes-aussi-feroces/ L’écritoire des muses : http://lecritoiredesmuses.hautetfort.com/archive/2020/11/19/poissons-rouges-et-autres-betes-aussi-feroces-6278727.html?fbclid=IwAR3RILnINs6vD760rj5JGQprVdIet-EAg0NAMWK-gkkPVPMSrXe1V1DvRwU Annie Forest Abou-Mansour

« C’est un recueil que l’on peut lire d’une traite ou bien y piocher de temps en temps. Je l’ai lu d’une traite et je reviendrai y piocher de temps en temps, pourquoi se priver d’un tel plaisir ? » Yves Mabon, Lyvres : http://www.lyvres.fr/2020/10/poissons-rouges-et-autres-betes-aussi-feroces.html

« Le monde fantastique d’Ella Balaert, dans ce recueil, c’est la vie même. Une vie bien réelle, de l’ordre du réel qui cogne, férocement. La vie de couple, les rapports homme/femme, mais aussi le racisme ou la compréhension de la mort dont je n’ai pas parlé ici, ne sont en rien une toile de fond. Ils sont, au contraire, le cœur même du recueil ».  Christine Bini, La lectrice à l’œuvre, https://christinebini.blogspot.com/

 » La force des grands textes, se mesure à leur pouvoir de nous murmurer indéfiniment des choses à l’oreille, si on veut bien les écouter (…) J’ai frémi parfois, je me suis glacée aussi (la meute), j’ai senti l’inquiétude, l’intranquillité de celle qui veut bien être bousculée, et j’ai ri aussi. » A.Gangloff , Littérama les femmes en littérature https://femmes-de-lettres.com/2020/10/31/poissons-rouges-et-autres-betes-aussi-feroces-ella-balaert/?fbclid=IwAR2xPB5DBOU-YzEdvA05s0b_-uaDe3_mb4kM-gTWxISPfsgICSWaSOIkwy8

« Le langage est envoûtant. Par le biais de distorsions astucieuses – et parfois visuelles et drôles- il sait tromper les habitudes de notre regard et devient le magicien d’illusions nécessaires qui métamorphosent le quotidien ». Le Salon littéraire, 2 octobre 2020 http://salon-litteraire.linternaute.com/fr/nouvelles/review/1951222-ella-balaert-l-ecume-la-peau-la-langue

« Ella Balaert reste libre de toute école, de toute attache en irré­duc­tible et irré­gu­lière de la lit­té­ra­ture. Elle ne recherche pas l’étranger pour son étran­geté mais pour ce qu’il y a d’intime en lui ». JP Gavard-Perret, Lelitteraire.com, octobre 2020 http://www.lelitteraire.com/?p=64277

« La capacité de l’auteur à suggérer sans rien révéler donne une force envoûtante à ces nouvelles ». Sur la route de Jostein https://surlaroutedejostein.wordpress.com/2020/11/06/poissons-rouges-et-autres-betes-aussi-feroces-ella-balaert/

Raime, « Comme dans les fables, on attend la morale, on est impatient de connaitre la chute. » sur Babélio https://www.babelio.com/livres/Balaert-Poissons-rouges-et-autres-betes-aussi-feroces/1237344

La voix du Nord, 10 novembre 2020 :  » très noir, très drôle… véritable hommage à la langue française ».

LUnion, 24 octobre, »une empathie particulière pour le sort des femmes »

Librairie Les Fables, Château-Thierry :  » un panier d’histoires dont la poésie rend folles et puissantes les émotions. Une écriture d’une beauté rare… » Caroline Drapier

Librairie Les yeux qui pétillent : « une écriture divine… vous avez une histoire parce qu’elle (Ella) a un don réel pour raconter des histoires qui nous touchent, qui nous prennent, qui nous soutiennent, et en même temps, une écriture magnifique » Céline Reims https://www.youtube.com/watch?v=GxYjR0wljQA

Pour se le procurer :

On peut le  trouver en librairie

ou le commander en ligne (LaLibrairie.com,  Leslibraires.fr  sites  de commande des libraires indépendants,  Decitre, Fnac, Espace culturel Leclerc etc )

ou encore sur le site des Éditions des Femmes 

La Société des Gens de Lettres

Je suis très honorée de rejoindre le Comité de la Société des Gens de Lettres.

https://www.sgdl.org/sgdl-accueil/l-actualite-sgdl/3785-deux-nouveaux-auteurs-rejoignent-le-comite-de-la-sgdl?fbclid=IwAR3uHt0XKIXJYMNgGcJK0jt9quvhIW8w1ulqzW8xohqOW4UywgT8tj7DJac

Depuis sa création en 1838 par de jeunes auteurs qui avaient nom Balzac, Hugo, Dumas, La SGDL a pour vocation la promotion du droit d’auteur et la défense des intérêts des auteurs et des autrices.

J’ai une pensée particulière pour Aurore Dupin devenue George Sand, seule femme à figurer parmi les membres fondateurs de cette association – et à ce titre présente sur la grande tapisserie de l’hôtel de Massa où siège la SGDL. Je lui ai consacré un livre, J’ai travaillé sur son parcours de petite fille, de femme, d’écrivaine, de citoyenne, et c’est très émouvant pour moi d’entrer au Comité d’une association qu’elle a contribué à mettre sur pied.

Mais je ne suis pas dans la commémoration et mon regard est tourné vers l’avenir : j’espère aider à faire avancer les dossiers relatifs à l’exercice de notre métier, car ce n’est pas désespéré.e.s, ni précarisé.e.s, que nous écrirons nos chants les plus beaux.

Cet engagement dans une association nationale vient compléter celui que j’ai sur le terrain, au sein du Comité consultatif de Livre et Lecture en Bretagne.